Kampot : la renaissance du poivre Cambodgien

 

Le poivre de Kampot est actuellement considéré comme l’un des meilleurs poivres du monde : il doit sa saveur unique à son terroir et au dévouement de quelques familles, ayant permis la préservation de sa culture, mise en difficulté au cours de son histoire.

Selon les écrits du diplomate chinois Zhou Daguant, l’histoire du poivre de Kampot débuta dès le XIIIème siècle. C’est cependant à partir du XIXème siècle que sa production au Cambodge s’intensifie. En effet, avant le début de la guerre d’Aceh en Indonésie (1873-1908), le sultan d’Aceh ne souhaitant pas céder ses ressources aux néerlandais, décida de brûler ses plantations de poivre en Indonésie en 1873-1874. C’est ainsi que la production migra au Cambodge, dans la région de Kampot, permettant à cette dernière de devenir le premier fournisseur de poivre de la France, suite à la domination coloniale de l’hexagone sur le Cambodge.

Au début du XXème siècle, les quantités de poivres exportés atteignaient les 8000 tonnes.  Cet essor sera cependant assez court : en 1975, le Cambodge est sous le terrible régime Khmer Rouge, les plantations sont alors abandonnées ou converties en rizières. À la fin du XXème siècle, le poivre de Kampot est alors à la limite de l’extinction, lorsque certaines familles d’agriculteurs décident de reprendre la production.

C’est donc à la fin de la guerre civile cambodgienne que la production reprend peu à peu, atteignant une dizaine de tonnes de poivre qu’au bout de 15 années. Au debut du XXIème siècle, le prix mondial du poivre s’écroule et l’avenir du poivre de Kampot est incertain. Cependant, certaines plantations résistantes fondées au début des années 2000 permettront au poivre de Kampot de récupérer son prestige. En effet, grâce à des expatriés amoureux de la région, ayant pour objectif de redorer le blason de ce poivre, en garantissant un salaire suffisant aux fermiers cambodgiens. Cela leur permettra ainsi de reprendre une production et un tri de qualité, dans des conditions hygiéniques optimales.

En 2008, les exports commencent et la demande croissante de ce poivre de prestige permettra d’agrandir la plantation. C’est ainsi qu’en 2009, le poivre de Kampot reçoit une IGP (Indice Géographique Protégé) en 2016. Ces certifications permettent au poivre de Kampot de protéger des contrefaçons et de reconnaitre ainsi son caractère unique. Le poivre de Kampot est ainsi l’un des meilleurs poivre Piper Nigrum que l’on peut retrouver sous plusieurs déclinaisons : poivre noir, rouge, blanc ou encore poivre long. C’est un poivre de prestige que nous vous proposons à la Cofrapep sous toutes ses formes.